Blogs cinebel.be
cinebel.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10 juin 2016

Julieta réalisé par Pedro Almodóvar

ccec,ciné-club éducatif et culturel asbl,julieta,pedro almodóvar,alberto iglesias,jean-claude larrieu,alice munro,alice ann laidlaw,prix du gouverneur général,sarah polley,loin d'elle,away from her,anton tchekhov,emma suárez,adriana ugarte,daniel grao,inma cuesta,dario grandinetti,michelle jenner,rossy de palma,pilar castro,juanaLe film "Julieta" réalisé par Pedro Almodóvar sera projeté au CCEC le Jeudi 16 juin 2016 à IMAGIX - Mons.

Interprétation : Emma Suárez (Julieta à l'âge de 50 ans), Adriana Ugarte (Julieta à l'âge de 30 ans), Daniel Grao (Xoan), Inma Cuesta (Ava), Dario Grandinetti (Lorenzo), Michelle Jenner (Beatriz), Rossy de Palma (Marian), Pilar Castro (Claudia), Juana (Nathalie Poza), Sara Jiménez Beatriz (Adolescente), Susi Sánchez (Sara), Joaquín Notario (Samuel), Blanca Parés (Antía), Priscilla Delgado (Antía), Mariam Bachir (Sanáa), María Mera (Actrice), ...

Adaptation : D'après : L''Oeuvre d'Alice Munro, née Alice Ann Laidlaw le 10 juillet 1931 à Wingham (Ontario, Canada), est un écrivain canadien de langue anglaise. Elle écrit principalement des nouvelles, parfois liées entre elles et centrées autour de personnages féminins, dans l'Ontario ou la Colombie-Britannique des années 1940 à aujourd'hui. "Promise" depuis plusieurs années au prix Nobel de littérature selon la critique littéraire, elle reçoit cette récompense le 10 octobre 2013 pour être "la souveraine de l’art de la nouvelle contemporaine », comme l'explique l'Académie suédoise. Alice Munro est née à Wingham, petite ville du comté de Huron, sur la rive sud-est du lac Huron dans l'Ontario. Son père dirigeait un élevage (de renards ou de visons), sa mère était institutrice. Elle publie sa première nouvelle en 1950, alors qu'elle est étudiante à l'University of Western Ontario et gagne sa vie en travaillant comme serveuse ou bibliothécaire. Elle quitte l'université en 1951 pour épouser James Munro et s'installer avec lui à Vancouver, en Colombie-Britannique. Le couple tient une librairie à Victoria à partir de 1963 et a quatre filles (dont la deuxième meurt à sa naissance). C'est en 1968 qu'elle publie son premier recueil de nouvelles, La Danse des ombres heureuses, qui obtient le prix du Gouverneur général, la plus haute distinction littéraire canadienne. Suit Lives of Girls and Women (son unique roman) en 1971. Divorcée en 1972, Alice Munro repart pour l'Ontario où elle épouse en 1976 le géographe Gerald Fremlin, mort en avril 2013, et vit depuis à Clinton, non loin de sa ville natale. Elle se fait connaître d'un large public grâce à la publication de ses nouvelles dans des magazines comme The New Yorker et The Atlantic Monthly. Sa nouvelle L'Ours traversa la montagne, qui évoque la maladie d'Alzheimer, a été adaptée au cinéma en 2007 par Sarah Polley sous le titre Loin d'elle (Away from Her), avec Julie Christie qui fut nommée à l'Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle. En 2016, le cinéaste espagnol Pedro Almodóvar s'inspire de la trame de trois de ses nouvelles, présentes dans le recueil Fugitives (Hasard, Bientôt et Silence) dans le film Julieta, prénom hispanisé de la protagoniste des trois récits. Faisant, depuis longtemps, figure de favorite pour le prix Nobel de littérature, elle devient, en 2013, le premier écrivain canadien et la treizième femme de lettres à recevoir cette récompense. Elle est par ailleurs le premier auteur essentiellement nouvelliste à être distingué par ce prix . Couronnée par de nombreux prix au cours de sa carrière, Alice Munro est l'auteur de quatorze recueils de nouvelles et d'un unique roman, traduits et vendus dans le monde entier. Ses nouvelles, caractérisées par la présence d'un narrateur extérieur qui explique le sens des événements, se situent souvent dans la campagne de l'Ontario, dépeinte avec une extrême minutie. Un grand nombre de ses personnages sont d'origine écossaise et irlandaise. Les protagonistes de ses nouvelles sont des gens ordinaires et essentiellement des femmes dont elle sonde les états d'âme, les rêveries, les névroses et la cruauté du destin dans une écriture nuancée, concise et imagée. Son style littéraire a souvent été comparé à celui d'Anton Tchekhov pour sa profondeur, son art de la description et sa manière de mettre l'intrigue au second plan afin de privilégier l'étude psychologique des personnages. Alice Munro est par ailleurs reconnue pour son sens exceptionnel de la construction, son lyrisme et sa manière de se centrer sur les détails anodins et les petits riens de la vie d'individus dont elle tire une réflexion douce-amère sur l'existence. Privilégiant une apparente simplicité, son œuvre cherche une vérité universelle dans l'exploration de l'infime et du quotidien ; un point de vue qui a inspiré Pedro Almodóvar pour le film Julieta avec toutefois une dimension plus romanesque et mélodramatique. Selon le comité Nobel, "Alice Munro est appréciée pour son art subtil de la nouvelle, empreint d’un style clair et de réalisme psychologique".

Synopsis :  Julieta s’apprête à quitter Madrid définitivement lorsqu’une rencontre fortuite avec Bea, l’amie d’enfance de sa fille Antía la pousse à changer ses projets. Bea lui apprend qu’elle a croisé Antía une semaine plus tôt. Julieta se met alors à nourrir l’espoir de retrouvailles avec sa fille qu’elle n’a pas vu depuis des années. Elle décide de lui écrire tout ce qu’elle a gardé secret depuis toujours. Julieta parle du destin, de la culpabilité, de la lutte d’une mère pour survivre à l’incertitude, et de ce mystère insondable qui nous pousse à abandonner les êtres que nous aimons en les effaçant de notre vie comme s’ils n’avaient jamais existé ...

A propos du film :

Les couleurs éclatantes, la lumière, les phrases musicales, toute la
sophistication du réalisateur espagnol est au rendez-vous mais,
cette fois, au service d'une histoire puissante et bouleversante.
Almodóvar au sommet de son art !

Culturebox - France Télévisions - Pierre-Yves Grenu  *****

"Julieta" parle du destin, de la culpabilité, de la lutte d'une mère pour survivre à l'incertitude, et de ce mystère insondable qui nous pousse à abandonner les êtres que nous aimons en les effaçant de notre vie comme s'ils n'avaient jamais existé. (...) Si le film a des couleurs, il n’y a ni humour, ni extravagance baroque, ni flamboyance sophistiquée. L’Almodóvar des premiers films a changé. Il laisse place à un Almodóvar plus mature et plus solitaire, plus sombre et plus sobre. Le voici soucieux du temps qui passe et des liens qu’on laisse aller. Car le film explore les relations familiales, du sentiment de culpabilité à la réconciliation en passant par l’abandon. Almodóvar avait déjà traité la relation mère-fille marquée par l’absence dans "Talons aiguilles", il y a 25 ans. Tout comme dans ses magistraux mélodrames "Tout sur ma mère" et "Parle avec elle". Cette fois, il aborde le sujet de façon sèche, austère et pourtant, il nous prend à la gorge avec son nouveau portrait de mère. Ce sentiment est décuplé par le choix de deux actrices pour un même personnage, deux actrices très inspirées et inspirantes (les belles et bouleversantes Emma Suarez et Adriana Ugarte) dont les visages se mêlent joliment pour composer un magnifique personnage de tragédie grecque. Et Almodóvar de se pencher sur le mystère insondable qui fait que nous abandonnons les gens que nous aimons. Le Soir Mad - Fabienne Bradfer *****

Le cinéaste espagnol revient au sommet de son cinéma avec un drame à la fois
lumineux et austère mais d’une beauté terrassante

Première - Vanina Arrighi De Casanova *****

Réalisation : Pedro Almodóvar
Scénario : Pedro Almodóvar
Compositeur : Alberto Iglesias
Photographie : Jean-Claude Larrieu
Genre : Drame
Pays : Espagne (2016)
Durée : 1h39'
Cote Presse : ***** 3,9 (69 critiques)
Cote Spectateurs : ***** 3,9 (2 3660 votes)

Distributeur : Alternative Films

Fiche complète du film
Bande annonce du film
Feuillet du film distribué aux séances

Sélection(s)

Festival de Cannes 2016

CRITIQUE PRESSE

"Ce chef-d’oeuvre confirme Almodovar au rang des plus grands" (Positif - Philippe Rouyer)

"Pedro Almodovar de retour au sommet, avec un drame d’une grande maîtrise" (Studio Ciné Live - T.C.)

"La réalisation s'impose par son élégance, sa douceur et sa sophistication, même si elle se révèle parfois surchargée de symbolisme" (Les Fiches du Cinéma - L.R.)

"Un magnifique mélo en forme de portrait de femme sur deux époques, passionné parfois, bouleversant la plupart du temps" (Le Parisien - R.B.)

"Julieta n’est pas un mélo. Un drame, oui, mais superbement sobre et dépouillé, déroutant" (Première - Vanina Arrighi de Casanova)

"Non sans espoir, ce drame tout simple mais éminemment complexe de par sa profondeur, n’en est que plus poignant" (Le Journal du Dimanche - D.A.)

"La réalisation est presque sobre (pour Almodovar !), la maîtrise des allers-retours dans le temps est remarquable. Et la botte secrète de ce dernier film, c’est sans conteste la distribution" (Ouest France - Isabelle Motrot)

"Almodóvar empoigne avec Julieta ce qu’il sait faire le mieux : le drame" (Métro - Mehdi Omaïs)

La projection

  • La projection aura lieu le Jeudi 16 juin 2016 à IMAGIX - Mons - Plan d'accès.

Infos Utiles

  • Chaque jeudi (sauf congés de Noël, Pâques & Juillet- Août) à 14h30 - 17h00 - 20h00 - 22h30 (Sauf Films Longs).
  • Les films sont projetés en Version Originale Sous-titrée en Français, sans entracte ni publicité.
  • Feuillet à toutes les séances.
  • Présentation à la séance de 20h.
  • Formule avantageuse : carnet de 10 chèques culturels, non nominatifs pour 60€.
  • Ciné-Club aussi accessible aux non-abonnés, aux prix habituels d'Imagix Mons.

Site Web du Ciné-club : http://www.ccec.be

Le CCEC est accessible à tous, même aux non-membres

 

Les commentaires sont fermés.